10 mars 2007

Les moulins sont coriaces de nos jours

tente

PARIS (AFP) - La loi sur le logement opposable a été promulguée mardi, alors que les sans-abri soutenus par Les Enfants de Don Quichotte ont essuyé le même jour une première menace d'expulsion à Aix-en-Provence, où ils ont installé un campement devant l'Office de tourisme.

La loi, publiée mardi au Journal officiel, institue le "droit à un logement décent et indépendant" garanti par l'État.

Mardi matin, la cour d'appel d'Aix-en-Provence a ordonné aux treize occupants des tentes installées depuis le 22 décembre devant l'Office de tourisme de la ville de quitter les lieux sous peine d'expulsion. "Une première en France concernant les campements des Don Quichotte", a précisé Me Régine Ciccolini, l'avocate de la mairie d'Aix-en-Provence.

Augustin Legrand, porte-parole des Enfants de Don Quichotte, a exprimé son "incompréhension". "Il devrait leur être proposé des solutions pérennes et non d'urgence : c'est justement pour dénoncer l'urgence que ces gens-là s'étaient mis en campement !", s'est-t-il étonné mardi, soulignant que c'était "en contradiction" avec la nouvelle loi.

"Si on n'arrive pas à régler le problème de treize personnes, ça veut dire quoi ? Soit qu'il n'y a pas de prise de conscience des humains qu'il y a derrière, soit qu'il existe une réelle incompétence des services ou, au moins, un manque de coordination", a-t-il ajouté.

Le figure de proue des Don Quichotte a lancé en direction des SDF d'Aix au cas où ils seraient expulsés: "qu'ils viennent sur Paris !" et a rappelé que "le protocole signé avec l'Etat assure à toute personne se présentant au Canal Saint-Martin de se voir proposer une solution appropriée".

Un appel qui pourrait bien être saisi au bond par d'autres "Enfants de Don Quichotte".

Le président de l'association à Strasbourg, Alexandre Glardon, a ainsi entamé samedi une "marche vers Paris" où il veut rencontrer jeudi le président Jacques Chirac et le ministre de la Cohésion sociale Jean-Louis Borloo.

Sa décision est intervenue après "la rupture d'un protocole d'accord" assurant plusieurs nuits d'hôtel à six sans-logis, parmi la centaine installée dans le campement strasbourgeois, selon son association.

A Toulouse également, quelque 200 personnes ont manifesté en fin de semaine dernière leur mécententement, dénonçant "l'immobilisme" des autorités pour reloger les SDF. Selon les Don Quichotte locaux, seuls cinq, sur une cinquantaine, ont été relogés.

Le comité de suivi sur le plan d'action gouvernemental pour l'hébergement des SDF devrait se réunir mercredi au ministère délégué de la Cohésion sociale pour faire un point de la situation.

En dépit d'une bonne prise en charge par la Fnars et, depuis une dizaine de jours, par Coeur des Haltes, le campement installé le long du canal Saint-Martin compte encore quelques dizaines de tentes, tandis que la situation semble davantage piétiner en province.

A la suite du mouvement déclenché à la mi-décembre par les Enfants de don Quichotte, un comité de suivi du Plan d'action gouvernemental sur l'hébergement, annoncé début janvier par le gouvernement, se réunit tous les quinze jours au ministère de la Cohésion sociale. La première réunion de ce comité de suivi co-présidé par Catherine Vautrin et Jean-Baptiste Legrand, avait eu lieu le 18 janvier.

Posté par 7Lumieres à 13:38 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


Commentaires sur Les moulins sont coriaces de nos jours

    Merci...

    ... de votre passage sur notre blog et pour ces commentaires poignants...
    Nous sommes heureux de voir que cela touche...
    Nous allons prendre le temps de visiter le votre maintenant

    Posté par Chrys & Franck, 12 mars 2007 à 21:32 | | Répondre
  • Hé bien...

    Je suis ravi de voir que vous cherchez à connaître ceux qui parcourent votre blog. L'équipe se joint à moi pour vous souhaitez la bienvenue ici. Nous espèrons que vous trouverez ici matière à vous illuminer. La navigation la plus simple étant de visiter les catégories qui vous interpelle.
    @bientôt

    Posté par Inachevé, 14 mars 2007 à 11:27 | | Répondre
Nouveau commentaire