08 mars 2007

L'agonie, économiquement viable ?

444952259

PARIS (Reuters) - Un groupe de 2.134 infirmiers et médecins déclarent avoir pratiqué l'euthanasie active et réclament une réforme législative sur le sujet, dans un manifeste publié jeudi par le Nouvel Observateur.

"Parce que, de façon certaine, la maladie l'emportait sur nos thérapeutiques, parce que, malgré des traitements adaptés, les souffrances physiques et psychologiques rendaient la vie du patient intolérable, parce que le malade souhaitait en finir, nous, soignants, avons, en conscience, aidé médicalement des patients à mourir avec décence", dit le manifeste.

"Tous les soignants ne sont pas confrontés à ce drame, mais la majorité de ceux qui assistent régulièrement leurs patients jusqu'à la mort, utilisent, dans les circonstances décrites, des substances chimiques qui précipitent une fin devenue trop cruelle, tout en sachant que cette attitude est en désaccord avec la loi actuelle", ajoute-t-il.

Les signataires réclament l'arrêt des poursuites judiciaires et la dépénalisation sous conditions de l'euthanasie ainsi que la mise en place de moyens adaptés à l'accompagnement des personnes en fin de vie.

Cet appel, une première en France, intervient à quatre jours de l'ouverture du procès aux assises de la Dordogne, lundi, de Chantal Chanel, une infirmière de 40 ans, et Laurence Tramois, un médecin de 35 ans.

Elles sont accusées d'"empoisonnement" et encourent trente ans de réclusion criminelle pour avoir administré le 25 août 2003 à l'hôpital de Saint-Astier (Dordogne) une dose mortelle de chlorure de potassium à une malade atteinte d'un cancer du pancréas en phase terminale.

Les signataires de l'appel affirment leur soutien aux accusées, en expliquant avoir agi de manière similaire. Le docteur Denis Labayle, à l'origine du manifeste, a lancé un appel dans le journal de la nuit de France 3, mercredi, pour que les candidats à la présidentielle proposent une réforme sur le sujet.

"On dit que cette campagne présidentielle manque de sujets. En voilà un qui touche tout le monde, puisque ça me touchera, ça vous touchera, comme ça touchera vos parents. C'est un vrai sujet de société, il faut arrêter la situation d'hypocrisie dans laquelle nous vivons aujourd'hui", a-t-il dit.

Dans la campagne présidentielle, la socialiste Ségolène Royal et l'UMP Nicolas Sarkozy se sont déclarés prêts à une nouvelle réforme sur l'euthanasie, sans cependant se prononcer clairement sur son contenu.

En avril 2005, une première réforme d'initiative parlementaire a été adoptée pour permettre sous certaines conditions l'arrêt des traitements à la demande des patients, pratique appelée "euthanasie passive" et passible jusqu'à ce texte de poursuites judiciaires.

Cette loi avait été élaborée contre l'avis du Premier ministre Jean-Pierre Raffarin après le décès du jeune tétraplégique Vincent Humbert, provoqué médicalement le 26 septembre 2003 à Berck-sur-Mer.

Vincent Humbert avait demandé "le droit de mourir" au président Chirac dans un livre écrit avec sa mère. Cette dernière et son médecin, Frédéric Chaussoy, mis en examen, ont bénéficié d'un non-lieu en fin d'enquête.

La législation française est très en retrait des législations hollandaise et belge, premiers pays au monde à avoir légalisé respectivement en 2001 et 2002 l'euthanasie "active" dans des conditions très strictes. En Suisse, le suicide assisté est légal mais pas l'euthanasie.

La pratique consistant à provoquer la mort de patients agonisants est courante dans les hôpitaux français, selon des témoignages de médecins et de soignants déjà produits à des procès antérieurs ou des enquêtes dans des affaires similaires.

Votre humble narrateur vous précise que la torture est un acte répréhensible par la loi & la déclaration universelle des droits de l'homme. Ainsi, toute personne qui n'assisterait pas un malade en fin de vie à acceder au repos éternel devrait être considéré comme complice à la souffrance...

Posté par 7Lumieres à 14:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur L'agonie, économiquement viable ?

Nouveau commentaire